Interview n°2 : Mariana Estela, globe-trotteuse canadienne : ses voyages, ses conseils, elle.

Aujourd’hui je vous présente une jeune femme que vous ne connaissez peut-être pas, elle s’appelle Mariana elle a 21 ans, et son Instagram en ferait rêver plus d’une. Je l’ai découverte à travers ce réseau social, elle a voyagé dans 9 pays. 10 000 questions me sont venues en tête. Interview.

C’est un long article, mais croyez-moi très intéressant!

(toutes les photos que vous retrouvez proviennent de l’instagram de Mariana, sauf les deux maps)

– Présente toi pour les personnes qui ne te connaissent pas (prénom, âge, d’où tu viens, qu’est-ce que tu fais, dans quel pays es-tu en ce moment, tes études…)

Bonjour, je m’appelle Mariana et j’ai 21 ans (oui oui je vous l’assure, malgré ma petite taille [ndlr : 1m55], je suis l’aînée d’une famille de 4 enfants). Mes parents sont originaires de l’Uruguay, un beau petit pays en Amérique du Sud situé près de l’Argentine et du Brésil.

J’aurais adoré naître dans un pays tropical moi aussi, mais le Bon Dieu m’a fait naître dans un pays où le froid fait parti de notre quotidien, le Canada. J’habite présentement au Québec, plus précisément dans la ville de Laval. Je travaille dans un centre d’escalade pour petits et grand et j’adoooore ça ! Pour ce qui est de mes études, je viens tout juste de terminer ma première année de Baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire. Il m’en reste encore 3 avant de pouvoir enseigner à vos petits monstres.”

– Depuis quand souhaites-tu voyager ? Quel a été ton premier voyage hors ton pays et pourquoi avoir choisi cette destination ?

J’ai toujours été une personne très curieuse et ouverte d’esprit. Lorsque j’étais jeune, j’adorais me renseigner sur les différentes cultures et cibler ce qui les distinguait de la mienne. J’ai commencé à voyager lorsque j’avais 4 ans, mes parents m’amenaient en Uruguay et dans des pays du Sud tels que Cuba, République dominicaine, etc. Par contre, les deux semaines passées en Chine en 2010 ont été l’élément déclencheur de tout ça. À 14 ans, je mourrais d’envie de sortir de ma zone de confort et de découvrir le monde, alors pourquoi ne pas opter pour le pays le plus loin possible et celui dont j’en connaissais le moins ? Ce voyage organisé par l’école m’a fait réaliser qu’il y a bien plus de choses à voir et à apprendre qu’on ne le pense.”

– Tu m’as dit avoir voyagé dans 9 pays, lesquels ?

Oui, j’ai voyagé à 2 ou 3 reprises en Uruguay, à Cuba et en République dominicaine, je suis également allée au Mexique, en Chine, en Italie, en Suisse, au Sénégal ainsi qu’aux États-Unis.”

– Tu es plutôt pays chauds, ou pays froids ?

Puisque j’habite dans un pays où il fait froid 365 jours par année (ok j’exagère un tout petit peu) et que les plages sont quasi inexistantes ou très loin d’où j’habite, je suis plutôt pays chaud.”

– Pour voyager autant, la première question qui me vient à l’esprit c’est… la langue ! Tu parles combien de langues ? Comment fais-tu pour te débrouiller dans un pays où tu ne parles pas la langue nationale ? (tu passes par la langue « mondiale » l’anglais?)

Très bonne question ! Tout d’abord, j’ai eu la chance de grandir dans un pays où les deux langues officielles sont le français et l’anglais. Puisque je suis née dans la province du Québec, j’ai fait mes études en français. Toutefois, la moitié de ma famille habite en Ontario, qui est une province anglophone, donc je maitrise très bien cette langue également.

 

J’ai donc déjà une très bonne base pour voyager. Mais ça ne s’arrête pas là! Comme je disais plus haut, mes parents sont originaires de l’Uruguay, la langue officielle étant l’espagnol. Ils m’ont donc appris l’espagnol dès mon jeune âge. Ainsi, je peux dire que je suis parfaitement trilingue, ce qui m’avantage EXTRÊMEMENT lors de mes voyages (alors, n’hésitez pas à m’apporter dans vos valises si jamais vous avez besoin d’un coup de pouce hehe).

– Rentrons dans le « vif » du sujet : tes voyages. Quelle a été la chose la plus dure à faire lors de ton premier voyage ? (cela peut être quitter la famille, trouver l’argent pour financer, quitter un copain, un obstacle qui t’as marqué).

J’avais 14 ans lors de mon premier « vrai » voyage. J’écris vrai entre guillemets, non pas parce que les autres étaient faux, mais plutôt parce que je ne considère pas les tout-inclus comme étant de vrai voyage où l’on s’intègre dans la culture d’un autre pays. Lors de mon voyage, la chose la plus difficile à faire a été de quitter ma famille. À 14 ans, je n’avais jamais passé plus de 2 jours sans voir mes parents et mes frères, donc j’ai versé plusieurs larmes à l’aéroport en les quittant. Ensuite, ce qui a été une grosse épreuve a été la nourriture. J’ai toujours été très difficile en terme d’alimentation et d’arriver dans un pays où 90% du temps je ne savais pas ce qui était dans mon assiette a été tout un défi pour moi. J’essayais très fort de goûter à tout ce qui était sur la table, mais j’ai fini par manger que du riz blanc pendant 2 semaines.”

– Pars-tu seule ou accompagnée ? Combien de temps durent (environ) tes séjours ?

Tous mes voyages ont été très différents les uns des autres. Dans certains cas comme les pays du Sud, je partais une semaine avec de la famille ou des amies. Dans d’autres cas, comme en Chine, Suisse et en Italie, je partais 2 semaines avec mes camarades de classe. Et enfin, mes deux derniers voyages significatifs, soit le Sénégal qui a duré 3 mois et Hawaii qui a duré 20 jours ont été avec des personnes que je ne connaissais pas beaucoup, mais qui sont devenues de très bonnes amies à la fin du périple.”

– Comment tu choisis ta destination ? As-tu des critères, des pays que tu souhaites visiter plus que d’autres ?

Pour être honnête j’aimerais tous les visiter, ce qui complique un peu les choses quant à ma prise de décision haha. Pour me faciliter la tâche, je commence d’abord par choisir la date que j’aimerais partir et ensuite je m’informe sur les saisons hautes/basses, les prix, les billets d’avion, les activités que chaque lieu peut m’offrir à cette période de l’année, etc. Depuis quelque temps, j’ai tendance à cibler les pays d’Amérique du Sud, ce qui est drôle parce qu’un ami m’a justement dit l’autre jour « tu es probablement la seule personne qui ne mentionne pas l’Europe dans ses plans de voyages ». Je crois que la seule raison pour laquelle je laisse l’Europe pour la fin, c’est parce que le coût de la vie est élevé.”

– Quand tu as décidé de partir, qu’amènes-tu avec toi, dans ta valise, ton sac à dos… ?

Heureusement, je ne suis pas une fille difficile. J’essaye toujours d’amener le strict minimum (j’ai bien dit essayer, haha). J’ai toujours la même routine, je commence d’abord par choisir quels vêtements amener en fonction des activités et des lieux que je vais visiter. Ensuite, j’amène une paire de sandales, une paire de souliers de course et dans l’avion je porte des souliers passe-partout (crocs, converse, etc.). Pour continuer, je mets tous les accessoires incontournables c’est-à-dire draps, oreiller, hamacs, serviettes, appareil photo, tente (oui oui, j’ai déjà mis une tente dans mon sac à dos………), kit de premiers soins, médicaments, etc. Enfin, j’amène mes produits de ‘’beauté’’, comme la crème solaire, crème hydratante, pâte à dents, etc. S’il me reste de la place, j’aime bien intégrer un livre ou deux dans mes bagages, et même parfois un pot de Nutella hehe.”

– Où loges-tu ? Est-ce que tu dors directement chez l’habitant, tu prends un hôtel, tu fais une sorte de « Airbnb » ?

Encore une fois, tout dépend du voyage. Par contre, pour avoir expérimenté tous les types de logements, je préfère de loin les auberges jeunesse et habiter chez les locaux. Tout d’abord, ce sont les options les moins couteuses ce qui est parfait lorsqu’on voyage à petit budget. De plus, l’auberge jeunesse est une très bonne manière de rencontrer d’autres voyageurs et habiter chez des locaux permet d’en apprendre davantage sur leur pays et leurs modes de vie.”

– Quand tu débarques dans un autre pays, la civilisation n’est pas la même, nous n’avons pas les mêmes traditions, rituels, et j’en passe. Comment fais-tu pour t’intégrer à une population différente de la tienne ?

Je lis beaucoup à ce sujet avant d’arriver dans un pays inconnu. De plus, j’essaye de me mettre en contact avec des personnes qui ont déjà voyagé dans ce pays afin d’avoir des trucs et astuces (Forum, Facebook, etc). À mon arrivée, j’essaye d’interagir le plus possible avec les locaux afin d’en connaître davantage sur leurs habitudes et coutumes. Je crois que c’est important d’être ouvert d’esprit et de ne pas avoir peur de poser des questions. Toutefois, on apprend bien souvent de nos erreurs. Il ne faut pas s’attendre à arriver dans un autre pays et ne commettre aucune bêtise, au contraire. L’intégration à une autre culture peut prendre du temps.”

– Vagabonder autant est une chose exceptionnelle, mais tu es jeune, comment arrives-tu à financer tes voyages ?

Plusieurs personnes me posent la question. La vérité est que je n’ai pas beaucoup d’argent. Le seul moment dans l’année où je peux économiser un peu de sous c’est pendant les vacances d’été. Je travaille temps pleins et j’essaye de couper le plus possible dans mes dépenses. Il m’arrive souvent de rester chez moi au lieu de sortir avec des amis, de refuser d’aller au restaurant ou même prendre une crème glacée. Ce sont de petits sacrifices qu’il faut faire pour être en mesure d’économiser le plus possible. Puis il y a la fameuse carte de crédit qui me dépanne lors de mes imprévus…que je rembourse par après bien sûr. Plusieurs personnes me disent : « je n’ose pas partir en voyage, je vais m’endetter », mais pour être honnête, on fini tous par avoir des dettes à la fin de la journée. Selon moi, il suffit simplement que ces dettes en vaillent le coup. Pour certains ce sont les études, une maison, une voiture de l’année et pour moi ce sont les voyages.”

Ndlr : Vous voyez, finalement quand on veut quelque chose, on s’en donne les moyens. Même s’il faut en baver pendant un moment, il faut faire des sacrifices, mais si c’est ce que l’on veut : foncez.

– Quel est ton meilleur souvenir de voyage ? (tous tes voyages confondus)

C’est une question extrêmement difficile, mais je dirais que c’était au Sénégal. J’avais travaillé 3 mois dans une école avec des enfants ayant une déficience intellectuelle et lors de ma dernière journée, ils avaient organisé une fête. On dansait dehors avec les enfants et la chanson « C’est la vie » de Cheb Khaled a commencé à jouer. J’ai eu les larmes aux yeux. C’était le plus beau moment de ma vie. J’étais entourée d’enfants qui avaient toutes les raisons du monde d’être malheureux, mais qui démontraient tout le contraire. C’était beau de voir leurs yeux briller et leurs sourires s’afficher sur leurs visages. Si je pouvais, je revivrais ce moment n’importe quand.”

– En revanche, quel est ton pire souvenir, la chose qui t’as marqué négativement lors d’un voyage ?

Mon pire souvenir se déroule encore une fois au Sénégal, mais ce n’est rien qui concerne la population ou le pays en tant que tel. Je suis tombé très malade. Tout le monde m’avait prévenu de boire de l’eau en bouteille en Afrique et comme je ne voulais pas dépenser mon argent de poche pour de l’eau, j’ai décidé de commencer à boire l’eau du robinet ……. (oui, très stupide comme décision). C’était les pires 3 jours de ma vie. Je vais vous épargner les détails, mais j’étais pliée en deux dans mon lit sans pouvoir bouger ni manger. Mon père d’accueil a voulu m’amener à l’hôpital en pensant que j’avais attrapé la malaria. Après les 3 jours d’enfer, mon système s’est habitué à l’eau du robinet et j’ai continué à boire ça jusqu’à la fin de mon séjour. Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour économiser un peu d’argent hein….”

– Parlons un peu beauté, tu ne peux pas emporter tout ton maquillage (enfin je pense) dans ta valise. Quels sont les éléments principaux dans ta trousse à maquillage ?

C’est simple, je n’en apporte tout simplement pas. En fait, j’amène du mascara, mais il finit toujours par rester au fond de ma valise ou de mon sac à dos. En revanche, j’ai de la misère à choisir quelles crèmes laisser à la maison.. Oups.”

– As-tu des routines ou des choses que tu fais pour prendre soin de ta peau et de tes cheveux ?

Oui, bien sûr ! Avant de partir en voyage, je m’assure de bien exfolier ma peau au moins deux semaines avant de partir. C’est important d’enlever la peau sèche en surface pour que la crème solaire pénètre bien dans la peau et qu’on bronze de manière uniforme. Je m’assure également de bien hydrater ma peau avant et pendant mon voyage, et ce, dès que j’en ai l’occasion. Il faut savoir que le soleil peut faire de gros dommages à la peau, c’est donc important de bien la nourrir (avec des crèmes, en buvant de l’eau, etc.). De plus, certains pays ont un climat très sec ou à l’inverse, très humide, il faut alors apporter des produits en conséquence. Pour ce qui est de mes cheveux, j’amène toujours de l’huile d’argan que je mets sur mes pointes en sortant de la douche. Ça permet de garder mes cheveux hydratés un peu plus longtemps. Toutefois, avec la combinaison de l’eau salée et du soleil, les cheveux deviennent très secs et je crois que la meilleure chose à faire avant un voyage ou au retour, c’est de les couper.”

– Tu fais du surf je crois (tes superbes photos Instagram le disent), depuis combien de temps ? Qu’aimes-tu dans cette discipline ?

Haha en fait ma première fois était à Hawaii, il y a de ça trois semaines. J’en ai fait environ 5 fois pendant mon séjour. C’est drôle, parce que je ne suis pas une fille très à l’aise dans l’eau normalement, je ne croyais jamais que j’allais avoir un minimum de talent, mais finalement je ne suis pas si mal que ça. De plus, j’ai toujours préféré les sports d’équipes au sport individuel. Par contre, ce que j’ai aimé du surf, c’est la liberté que ça m’apporte. Tu es seule (enfin, presque) en plein milieu de l’océan et tu te laisses emporter par une vague. Les paysages sont magnifiques et la sensation d’être debout sur la planche et de pouvoir contrôler la direction dans laquelle tu te diriges c’est tout simplement parfait. C’est dans mes plans d’en refaire prochainement afin de devenir meilleure et un jour peut-être avoir ma propre planche de surf !”

– En parlant d’Instagram, comment fais-tu pour prendre tes photos ? Tu utilises ton iPhone ?

Il y a bien souvent un concept bien précis derrière chacune de mes photos Instagram, que ce soit le set-up ou le message que je veux transmettre. Pour prendre mes photos, je choisis toujours l’endroit le plus illuminé de la pièce, ou je vais dehors tout simplement. La lumière du jour rend les photos plus nettes et claires selon moi. J’utilise très souvent (pour ne pas dire toujours) mon iPhone, ça prend d’excellentes photos et c’est parfait pour les formats de photo 1:1 comme celle d’Instagram. J’utilise aussi ma go pro Silver 3+ lorsque je suis en voyage, principalement pour les photos dans l’eau ! Enfin, il m’arrive plus rarement d’utiliser ma caméra canon rebel T5i, mais je crois avoir mis une photo ou deux avec celle-ci.”

– Est-ce que tu as déjà envisagé de créer un blog ou une chaîne YouTube pour partager tes passions, tes voyages, tes conseils ?

J’avais créé un blog en avril dernier qui s’appelle Du haut de mes 5 pieds 1. Je m’étais senti inspiré pendant 2 jours haha. Je n’ai écrit que 2 articles, qui ont fait pas mal le tour de Facebook je dirais, mais ça s’est arrêté là. Depuis que j’ai annoncé mon départ pour l’Asie, plusieurs personnes m’ont demandé d’écrire un blog ou de me créer une page Facebook/YouTube pour partager mon expérience autour du monde. J’envisage peut-être d’utiliser la page Facebook que j’avais consacrée à mon blog pour publier mes photos/vidéos/anecdotes de voyages. Si la demande y est, je le ferais. C’est à voir !”

– Comment te prépares-tu pour ton tour du monde ?

Il y a tellement de choses à préparer, j’en ai la tête qui tourne !! Tout d’abord, j’ai dû appeler à l’Université pour leur annoncer que je prenais une pause de mes études. Ensuite, j’ai dû céder le bail de mon logement (ce qui s’est fait très vite heureusement). J’ai également vendu certains de mes meubles sur internet. Il faut également prendre rendez-vous pour les vaccins, appeler le gouvernement pour leur avertir que je quitte le pays, trouver des assurances voyages qui vont vouloir assurer toute la durée de mon aventure (souhaitez moi bonne chance..). J’aimerais bien obtenir mon permis de conduire international aussi. Enfin, je dois contacter la banque pour leur aviser de mon départ et faire les démarches nécessaires pour obtenir tous mes visas. J’ai pris la décision de faire ça sur un coup de tête, me laissant que deux mois pour faire toutes mes démarches, en plus de me ramasser des sous et de passer du temps avec les gens que j’aime. Je CAPOTE.”

– Quelle est ta prochaine destination ?

Mon billet d’avion est acheté pour la Thaïlande, je quitte vers Phuket le 22 septembre.”

– Que pense ta famille, ton entourage du fait que tu les quittes souvent pour voyager ?

Ma famille et mes amis sont très heureux pour moi ! Je pars souvent, mais jamais pendant bien longtemps. Lorsque je leur ai annoncé mes plans de voyage pour septembre, c’était une autre histoire. Ma famille est heureuse pour moi, mais très inquiète. Il n’y a pas un jour où je ne me fais pas faire la morale. Certains membres de ma famille ont même pleuré, c’était très touchant. Pour ce qui est de mes amis, certains ont bien pris la nouvelle, d’autres pensent encore que je suis folle (ce qui est une bonne chose… pas vraie?). Malgré tout, je crois qu’au fond tout le monde est très fier de moi et me souhaite que le meilleur.”

– À part le fait que tu aimes ça, qu’est-ce que cela t’apporte de voyager ?

J’apprends à me connaître à travers mes voyages et c’est ça qui fait que j’ai toujours le goût d’y retourner. Voyager c’est sortir de sa zone de confort et c’est de vivre des choses qu’on ne vivrait pas nécessairement en étant dans notre petite routine. Sortir de sa zone de confort c’est apprendre à gérer toutes sortes d’émotions à la fois. Ça demande de la réflexion, de la résolution de problème et de l’introspection. On a souvent l’impression qu’on se connaît en tant que personne, mais c’est si facile à dire lorsqu’on n’est pas confronté à l’inconnu. Voyager c’est apprendre à respecter ses limites, c’est rencontrer des personnes avec des mentalités différentes, c’est de trouver l’équilibre entre ce que tu es et ce que tu veux. Voyager c’est se sentir libre et ouvrir son esprit à un monde totalement inconnu. Voyager c’est apprendre à apprendre et c’est ça qui me pousse à repartir à chaque fois.”

– Que dirais-tu aux personnes qui souhaitent se lancer dans une aventure similaire à la tienne ?

FONCE! Puis je l’écris en majuscule en plus. Parce qu’on a qu’une vie à vivre et que c’est le temps où jamais de faire de telles expériences! C’est ce que je réponds aux personnes qui me demande « pourquoi fais-tu ça. » : pourquoi je ne le ferais pas ? Je suis jeune, je n’ai pas de gros engagement, je n’ai pas d’enfants à ma charge ni d’hypothèque à payer, je n’ai pas de copains ni mon emploi de vie. Alors qu’est-ce qui me retient? Ma famille, mes amis et l’université vont tous être ici à mon retour. Si je continue à attendre, je ne vais probablement jamais le faire. On ne peut pas prévoir les obstacles que la vie va mettre sur notre chemin, donc aussi bien le faire dès qu’on en a l’occasion. Le reste suivra.”

– Selon toi, quelles sont les 3 « qualités » à avoir pour voyager autant ?

Il faut définitivement être ouverte d’esprit, curieux et passionné.”

– Que peut-on te souhaiter pour ton futur ?

De belles rencontres, de belles expériences, de la santé et bien sûr, encore plus de voyages.”

Et voilà. C’est la fin de cette interview, j’espère qu’elle vous a plu, moi j’ai adoré échanger avec Mariana. C’est une fille très intéressante, je pense que beaucoup d’entres nous aimeraient faire ce qu’elle fait. Un dernier mot : n’ayez pas peur de réaliser vos rêves. Marianne.

Publicités

11 réflexions sur “Interview n°2 : Mariana Estela, globe-trotteuse canadienne : ses voyages, ses conseils, elle.

  1. histoirescecile13 dit :

    Bravo pour cette interview fort intéressante ! On ressent toute la passion de cette jeune femme qui ne manque pas de tempérament et d’ouverture d’esprit. Elle est très nature et surtout elle arrive à nous embarquer dans sa passion des voyages. Elle a tout compris et bien raison de réaliser tous ces voyages. ….gros bisous à Mariana et à toi ! Toutes tes questions étaient bien trouvées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s